Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Most recent articles

   Comment motiver son patient ?

Posted by on Jan 31, 2018 in Divers |

 

  Enseignement au client :

La réceptivité physique est d’une importance capitale. Tant qu’une personne n’est pas physiquement apte à apprendre, toute tentative de lui enseigner quoi que ce soit sera futile et n’apportera que des frustrations de part et d’autre.

Par exemple, une personne qui ressent une douleur aigüe sera incapable de détourner son attention de la douleur assez longtemps pour pouvoir se concentrer sur ce que le médecin essaie de lui enseigner.

De même, une personne qui éprouve des difficultés respiratoires concentrera toute son énergie sur sa respiration plutôt que sur l’apprentissage.

La réceptivité émotionnelle a aussi des conséquences sur la motivation.

Une personne qui n’a pas accepté sa maladie ou la menace qu’elle représente n’a aucune motivation pour apprendre.

Si elle refuse de se soumettre à un programme thérapeutique ou si elle considère qu’il est incompatible avec son mode de vie, elle peut consciemment éviter d’acquérir des connaissances à son sujet.

Tant que la personne ne reconnaît pas la nécessité d’apprendre ou n’en manifeste pas la capacité, il est difficile de lui donner un enseignement.

Toutefois, il n’est pas toujours judicieux d’attendre qu’elle soit émotionnellement prête à apprendre, car le moment opportun pourrait ne jamais se présenter si le médecin ne déploie pas des efforts pour stimuler sa motivation.

La maladie et la menace qu’elle représente s’accompagnent habituellement d’anxiété et de stress.

Le médecin qui est en mesure de reconnaître ces réactions peut atténuer l’angoisse et insuffler la volonté d’apprendre en donnant à la personne des explications et des consignes simples.

  Rôle de l’apprentissage :

Par ailleurs, l’apprentissage entraîne des changements de comportement et provoque normalement une légère anxiété qui peut souvent devenir un facteur de motivation.

Afin de stimuler la réceptivité émotionnelle, Filiassur assurance a su comment créer un climat d’apprentissage chaleureux et agréable et établir des objectifs d’apprentissages réalistes, ce qui va aider entre autres, la personne à se sentir bien acceptée.

Les apprenants qui atteignent leurs objectifs éprouvent un sentiment d’accomplissement et sont dès lors d’autant plus motivés pour saisir les nouvelles occasions d’apprendre.

Selon un conseiller de Filiassur assurance, la rétroaction donnée sur les progrès accomplis par la personne constitue également une source de motivation.

Lorsque les efforts des apprenants sont couronnés de succès, la rétroaction doit prendre la forme de renforcements positifs ; dans le cas contraire, elle doit prendre la forme de suggestions constructives.

La réceptivité expérientielle renvoie aux expériences antérieures qui influent sur la capacité d’apprendre.

Généralement, la formation et le vécu déterminent en grande partie la façon dont on aborde l’apprentissage.

Une personne dont la formation scolaire est limitée ou inexistante est parfois incapable de comprendre le contenu didactique qui lui est représenté.

Celle qui a connu des difficultés d’apprentissage peut être méfiante à l’égard de tout ce qui demande un effort intellectuel.

Dans bien des cas, il est nécessaire de disposer d’un bagage assez complet de connaissances, d’habiletés physiques et de disposition pour adopter les comportements qui permettent d’atteindre le plus haut niveau de santé possible.

Faute d’un tel bagage, l’apprentissage risque d’être très difficile et très lent.

              Les règles de la campagne électorale    

Posted by on Jan 11, 2018 in Politique |

 

Quand l’inapplication de la règle électorale défavorise les petits et nouveaux candidats :

“En France, les règles médiatico-électorales sont parfois inappliquées.

Certaines de ces inapplications ne sont pas sanctionnées.

On évoquera ci-après qu’un seul exemple : celui des règles relatives aux campagnes électorales dans les médias audiovisuels.

Hors des émissions officielles, les règles qui régissent l’accès de candidats et des formations politiques aux médias audiovisuels, pendant les campagnes et “pré-campagne” électorales sont mal appliquées.

En 1981, 1982, 1983, 1984, 1985, 1987, 1988, 1989, 1994, et 1995, on constate des écarts de temps de parole importants entre diverses formations candidates, non seulement entre “grands” et “petits” partis, mais aussi, entre “les petits partis” ou “petits candidats” eux-même.

Ces écarts ne semblent justifiés “ex ante”, ni par le pluralisme politique, ni par le principe d’équité, ni par les résultats électoraux des candidats à l’élection précédente.

Ils ne semblent pas davantage justifiés “ex post” par les résultats électoraux effectifs des différents candidats à l’élection en question.

Lors des législatives de 1997, le conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) attire à plusieurs reprises l’attention sur l’écart de temps d’antenne et parole entre, d’une part, les formations représentées à l’Assemblée nationale et, d’autre part, les autres ainsi que sur la nécessité d’un traitement plus équitable et plus significatif envers ces dernières.

 

 La campagne électorale de 2002 :

Pour la campagne électorale de l’élection présidentielle de 2002, le CSA observe que “les chaînes ont éprouvé des problèmes (des complications) à respecter parallèlement les deux fondements d’égalité” (temps de parole et temps d’antenne).

Pendant la pré-campagne, il constate un accès trop restreint au regard du principe d’équité voire, parfois (janvier, février), l’absence totale de temps de parole, et même, à l’occasion, de citation à l’antenne de certains candidats, ainsi qu’un écart trop important entre les temps accordés à MM.

Chirac et Jospin et à leurs soutiens d’une part, et à l’ensemble des autres candidats d’autre part.

Il observe que les opérateurs audiovisuels s’inscrivent prématurément dans une logique du second tour, situation qu’il qualifie de “dérive”.

En mars, cette situation qui perdure lui semble “anormale”.

Il en vient donc à adresser une “mise en garde” aux opérateurs concernés.

Même si la situation évolue courant mars et début avril, le constat semble rester valable pour l’ensemble de la pré-campagne.

En ce qui concerne les législatives de 2002, le conseil supérieur de l’audiovisuel constate après le premier tour que “certains partis et groupements non-représentés à l’Assemblée nationale, n’ont pas bénéficié d’un accès à l’antenne suffisant” l’expliquant par le nombre très élevé de formations présentant des candidats et la brièveté de la campagne.

Pour toutes ces campagnes, l’irrespect des règles et principes (égalité, équité, équilibre selon le cas) est constaté et reconnu par l’organisme de régulation.

Pourtant, en dehors de demandes, voire d’une “mise en garde”, cet irrespect de la règle électorale n’est jamais sanctionné”, article de la journaliste française “Audrey Crespo-Mara”.

L’épouse de Thierry Ardisson, “Audrey Crespo-Mara” a tenu aisément le haut du pavé de l’audience.

Cette dernière a remplacé Anne-Clair Coudray (journaliste française) devant 6 millions de téléspectateurs.

 

On a testé pour vous le vin bleu !

Posted by on Déc 18, 2017 in Divers |

 

Vous avez certainement entendu parlé de ce fameux vin bleu ? Une impressionnante invention dans l’univers des vins. Vous aimez savoir davantage sur cette nouvelle tendance et vous renseigner sur le goût, les arômes, les cépages…et tout se compose ce vin bleu ? Suivez-nous et apprenez plus sur ce nouveau vin qui bouleverse les codes viticoles.

Provenant de l’Espagne et résultant d’un sacré effort d’un groupe de jeunes chercheurs spécialisés dans le domaine de la viticulture, cette boisson à base de raisins rouges et blancs, bouleverse les codes œnologiques.

 

Grâce à sa couleur bleue brillante et sa bouteille en verre ultra chic, ce vin est une tendance de moment qui ne laisse pas indifférents les amoureux du vin.

Inventé il y a deux ans par l’entreprise

 

Proposé à 10€ depuis 2015 espagnole Gïk et vendu à 10€, ce vin n’est qu’un mélange de deux sortes de raisins ( rouges et blancs) auquel on a ajouté un colorant naturel.

 

 

Le vin bleu, la nouvelle tendance de l’été 2016

« Ni blanc, ni rouge, ce vin est bien bleu et d’une légèreté incroyable. Une couleur un peu indigo très brillante, fait de ce vin une exception. Avec un reflet gris et aux senteurs du vrai vin, cette boisson est une merveilleuse découverte qui mérite d’être testée. » Décrit Guillaume Ryckwaert, l’homme d’affaires prospère et le dirigeant du groupe Raphaël Michel.

 

Experts-dégustateurs en vin et PDG du Château Raphaël Michel producteur de vin de grande qualité, monsieur Ryckwaert trouve que c’est se différencie ce vin n’est pas seulement sa couleur bleue, mais aussi « ces notes agrumées, fruitées et admirablement fraîches. »

 

 

Un goût plutôt original

Élaboré avec des raisins de muscat, ce vin est une merveilleuse innovation dans l’univers de la viticulture.

Léger, fin et bien aromatisé, ce vin dégage de beaux parfums de muscat et de petites bulles de gaz se forment dans la bouteille une fois le bouchon de liège enlevé.

Sa fraîcheur et son manque d’acidité nous donne l’impression qu’il s’agit d’un jus frais et naturel élaboré par des fruits du saison.

Suite à plusieurs dégustations, on avait déduit que l’alcool est à peine remarquable et que les bulles s’estompent vite. Un vin vraiment très doux qui peut se marier parfaitement avec vos gourmandises sucrées et salées.

 

Sa fraîcheur et ses arômes d’agrumes peuvent accompagner vos pauses gourmandes et enchanter vos convives lors de vos événements importants.

La nouvelle appellation « le vin Vegan »

Posted by on Déc 8, 2017 in Divers |

La grande nouveauté dans le monde du vin, la nouvelle appellation « vin Vegan », qui fera des heureux parmi les adeptes d’alimentation vegan. En effet, ne pouvant consommer aucun produit d’origine animal (viande, œufs, produits laitiers, miel, et même les bouillons), les vegans, ne se permettaient pas de boire du vin. Mais heureusement, grâce à cette nouvelle tendance, plusieurs producteurs de vin, ont pensé à créer le label vegan permettant ainsi à cette tranche de population de profiter du plaisir de boire un bon vin.

Le label est contrôlé par l’association végétarienne de France, qui est strictement sévère. Le label est attribué pour les vignerons qui se sont engagés en faveur du respect de l’environnement, avec aucune utilisation ni d’engrais, ni produit ou substance d’origine animale n’est tolérée.

Un nouveau concept

« Le vin Vegan » s’applique surtout pour l’étape de la clarification du vin. « D’habitude, pour clarifier le vin, le producteur utilise, généralement du blanc d’oeuf, voir parfois du gélatine de porc pour le collage. » Comme l’a expliqué le propriétaire de Raphaël Michel, le grand négoce en vin. En effet, au contact du blanc d’œuf, le tanin coagule, le vigneron procède alors, au filtrage du vin et les particules sont ainsi retenues, en donnant un vin plus limpide. Si le vigneron saute cette étape, le vin serait trouble et plus opaque.

Pour avoir le label « Vegan », il faut impérativement remplacer les produits d’origine animale par des produits d’origine végétale ayant le même effet clarificateur que le premier. Comme l’utilisation de la farine de pois, qui n’a aucun effet sur le goût et les arômes du vin.

« On essaie toujours de s’adapter aux envies de nos clients, même les plus exigeants. Ce label est le plus rigoureux, qui s’adapte avec la nouvelle tendance de consommation particulière et qui couvre une grande partie de la population, englobant les végétariens, les végétaliens, mais aussi les flexitariens. » selon l’explication de Guillaume Ryckwaert, le jeune propriétaire du Raphaël Michel.

En effet, afin de répondre à une grande population qui cherche à consommer des produits qui correspondent à leur mode de consommation, que plusieurs vignerons et producteur de vin ont adopté cette logique d’usage.

Exemple de vin sous appellation Vegan

Comme le grand cru bordelais, Château Dauzac, qui a annoncé qu’à partir du millésime 2016, il a adopté l’application de la certification vegan sur tous ses vin. Un logo vegan en forme de feuille verte ornera ses bouteilles de vins. Œuvrant sur un domaine de 120 hectare, le château Dauzac est l’un des cinquièmes crus qui sont classés par fameux classement de 1855. Travaillant avec un producteur local pour sa farine de petits pois, pour l’utiliser en remplacement de la technique du blanc d’œuf au cours du collage. Produisant ainsi un breuvage vegan exempt de tous produits d’origine animale.

 

 

 

 

 

        La ménopause : un phénomène naturel

Posted by on Déc 6, 2017 in Divers |

 

La ménopause est une période marquée par la disparition des règles et l’arrêt de l’ovulation.

C’est une période où les menstruations (écoulement par le vagin de sang et de cellules provenant de la partie superficielle de la muqueuse utérine) s’arrêtent définitivement.

Ce phénomène survient généralement, lorsque, les ovaires arrêtent leur formation d’un ovule (cellule reproductrice femelle élaborée par l’ovaire) chaque mois et leur sécrétion hormonale.

 

  Les problèmes potentiels liés à la ménopause :

– Le risque augmenté de certaines maladies : cancer de l’utérus, du sein, maladies cardiovasculaires, …

– Les symptômes : insomnie, bouffées de chaleur, fatigue, irritabilité, …

 

   Y a-t-il des signes qui surviennent avant la ménopause ?

Avant la ménopause, il y a la pré-ménopause, qui est une période charnière.

Cette période se distingue par un syndrome prémenstruel (humeur irritable, seins tendus) et par une alternance de cycles courts et longs (avoir des règles irrégulières).

Tous ces signes, surviennent, la plupart du temps, à l’âge de 48 ans.

Généralement, la pré-ménopause dure de deux à cinq ans.

 

  Les symptômes lors de la ménopause :

Ce phénomène s’accompagne toujours de troubles climatiques dont l’intensité varie selon les femmes.

Ces troubles peuvent être des sueurs nocturnes isolées, une fatigue, des douleurs articulaires, des maux de tête, des insomnies, une irritabilité, ou des bouffées de chaleur (chez 8 femmes sur dix).

Les bouffées de chaleur surviennent plusieurs fois par heure.

Elles perturbent le sommeil et se traduisent par une brusque sensation de chaleur.

Le diagnostic de ce phénomène, repose sur l’absence de règles depuis 12 mois.

 

 Après la ménopause :

Après la ménopause, des soucis de santé peuvent s’installer progressivement.

Ils peuvent être des troubles urinaires, un prolapsus génital, des problèmes cardiovasculaires, une sécheresse vaginale (elle peut être responsable de vaginite ou de troubles sexuels (baisse de la libido (désir sexuel) ou avoir des douleurs lors d’une relation sexuelle)), une modification de la répartition des graisses, une augmentation des tissus graisseux, ou une diminution de la masse musculaire.

 

 

  Faites-vous suivre !

Afin de vous aider à limiter les bouffées de chaleur, Filiassur assurance vous conseille d’éviter l’alcool, le café et les plats trop épicés, de baisser le thermostat, de pratiquer des techniques de relaxation, et surtout de lutter contre le stress, qui peut à son tour aggraver les bouffées de chaleur.

 

  Un mode de vie adapté :

 Comment réduire les risques cardiovasculaires ?

Après la ménopause, une activité physique régulière, une alimentation équilibrée et saine est indispensable.

Parfois, de nouvelles habitudes alimentaires peuvent vous aider, comme éviter la charcuterie, les viandes rouges (en excès), privilégier l’huile d’olive, l’alimentation riche en calcium et manger du poisson, des fruits et des légumes (veiller à avoir un apport riche en calcium).

Il faut aussi, modérer la consommation d’alcool (un verre par jour), vu qu’il augmente, la tendance à la prise de poids (observée à la ménopause).

Il faut aussi, arrêter de fumer : l’irritabilité, les troubles du sommeil, l’humeur dépressive, dans ce cas, peuvent disparaître ou diminuer.

Vous pouvez bénéficier d’un remboursement forfaitaire dans toutes les pharmacies sur les substituts nicotiniques avec Filiassur assurance.

Elle veut à tout prix, vous encourager à éviter la consommation du tabac !

 

 

 

 

 

 

Le marché de la grande distribution en France

Posted by on Nov 20, 2017 in Divers |

Les concepts proposés par les enseignes de la grande distribution n’ont pas cessé d’évoluer des années 80, où la tendance était plus vers le gigantisme des surfaces commerciales, à la proximité et la vente par web en 2017. Les enseignes historiques Monoprix, Leader Price, Carrefour, Auchan, etc, se voient obliger d’évoluer à chaque fois afin de satisfaire au mieux les goûts et les habitudes de leurs clients.

Avec sa large gamme de supermarché le groupe Casino ,regroupant les magasins Monoprix, Franprix, leader Price, etc, affiche durant la 3e trimestre de 2017, de solides résultats d’évolution en faisant ainsi grimper le cours en Bourse.

Le groupe a réalisé une nette progression de ses ventes en France, en enregistrant + 0.6 % de son chiffre d’affaires durant la 3e trimestre de 2017 et ceci grâce aux boutiques de proximité ainsi que les ventes sur web essentiellement à travers sa filiale Cdiscount.

Une nette progression

Le groupe présidé par Jean-Charles Naouri a enregistré une nette progression par rapport aux autres enseignes concurrentes. Parmi les enseignes du groupe qui a vu ses ventes croître de +3.1 % les magasins de Monoprix, essentiellement dû à la création de la nouvelle carte de fidélité et au développement de nouveaux services comme la livraison en 1 heure ou le click and collect.

De leur côté, les deux autres enseignes dont Géant la progression est plutôt légère avec juste + 0.5 %. Toutefois, les ventes alimentaires gagnent + 2 % durant la période allant de juillet à septembre. Ces taux ont été atteints grâce aux ventes réalisées dans les rayons traditionnels, mais encore par le coin bio affichant des scores très intéressant.

L’enseigne Leader Price est resté quasi stable par comparaison aux autres magasins. Néanmoins, Franprix a enregistré une légère baisse de ses ventes, -0.5 %, soit 370 millions d’euros.

L’achat sur web, c’est la grande tendance

Concernant l’achat sur Cdiscount en France, durant la troisième trimestre ,le groupe a enregistré +30 %, intégrant aussi les ventes dans les hypermarchés du groupe.

En France, ce groupe bénéficie de la diversité des formats qu’il propose qui forme un vrai atout contrairement à Carrefour. « En effet, ce mode multiformat s’adapte bien mieux aux habitudes évolutives des consommateurs » comme a déclaré Jean-Charles Naouri. De cette façon, le groupe pourrait mettre une partie du chiffre d’affaires à l’abri.

Franprix et leader Price à chaque extrémité de la gamme proposé par le groupe avec Monoprix au milieu assurant ainsi une progression supérieure à la moyenne.