Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on Jan 31, 2018 in Divers |

   Comment motiver son patient ?

   Comment motiver son patient ?

 

  Enseignement au client :

La réceptivité physique est d’une importance capitale. Tant qu’une personne n’est pas physiquement apte à apprendre, toute tentative de lui enseigner quoi que ce soit sera futile et n’apportera que des frustrations de part et d’autre.

Par exemple, une personne qui ressent une douleur aigüe sera incapable de détourner son attention de la douleur assez longtemps pour pouvoir se concentrer sur ce que le médecin essaie de lui enseigner.

De même, une personne qui éprouve des difficultés respiratoires concentrera toute son énergie sur sa respiration plutôt que sur l’apprentissage.

La réceptivité émotionnelle a aussi des conséquences sur la motivation.

Une personne qui n’a pas accepté sa maladie ou la menace qu’elle représente n’a aucune motivation pour apprendre.

Si elle refuse de se soumettre à un programme thérapeutique ou si elle considère qu’il est incompatible avec son mode de vie, elle peut consciemment éviter d’acquérir des connaissances à son sujet.

Tant que la personne ne reconnaît pas la nécessité d’apprendre ou n’en manifeste pas la capacité, il est difficile de lui donner un enseignement.

Toutefois, il n’est pas toujours judicieux d’attendre qu’elle soit émotionnellement prête à apprendre, car le moment opportun pourrait ne jamais se présenter si le médecin ne déploie pas des efforts pour stimuler sa motivation.

La maladie et la menace qu’elle représente s’accompagnent habituellement d’anxiété et de stress.

Le médecin qui est en mesure de reconnaître ces réactions peut atténuer l’angoisse et insuffler la volonté d’apprendre en donnant à la personne des explications et des consignes simples.

  Rôle de l’apprentissage :

Par ailleurs, l’apprentissage entraîne des changements de comportement et provoque normalement une légère anxiété qui peut souvent devenir un facteur de motivation.

Afin de stimuler la réceptivité émotionnelle, Filiassur assurance a su comment créer un climat d’apprentissage chaleureux et agréable et établir des objectifs d’apprentissages réalistes, ce qui va aider entre autres, la personne à se sentir bien acceptée.

Les apprenants qui atteignent leurs objectifs éprouvent un sentiment d’accomplissement et sont dès lors d’autant plus motivés pour saisir les nouvelles occasions d’apprendre.

Selon un conseiller de Filiassur assurance, la rétroaction donnée sur les progrès accomplis par la personne constitue également une source de motivation.

Lorsque les efforts des apprenants sont couronnés de succès, la rétroaction doit prendre la forme de renforcements positifs ; dans le cas contraire, elle doit prendre la forme de suggestions constructives.

La réceptivité expérientielle renvoie aux expériences antérieures qui influent sur la capacité d’apprendre.

Généralement, la formation et le vécu déterminent en grande partie la façon dont on aborde l’apprentissage.

Une personne dont la formation scolaire est limitée ou inexistante est parfois incapable de comprendre le contenu didactique qui lui est représenté.

Celle qui a connu des difficultés d’apprentissage peut être méfiante à l’égard de tout ce qui demande un effort intellectuel.

Dans bien des cas, il est nécessaire de disposer d’un bagage assez complet de connaissances, d’habiletés physiques et de disposition pour adopter les comportements qui permettent d’atteindre le plus haut niveau de santé possible.

Faute d’un tel bagage, l’apprentissage risque d’être très difficile et très lent.