Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Juin 25, 2019 in Entreprises |

Investir dans les SOFICA

Investir dans les SOFICA

En quoi consiste une SOFICA ?

   L’investissement dans le cinéma, généralement rentable, permet aux assujettis – amateurs du 7e art – de gagner beaucoup d’argent tout en aidant des projets de moyenne ou de petite envergure. La SOFICA, société de coproduction de films, est un bon moyen d’encourager l’économie cinématographique européenne.

  Les SOFICA, créées par une loi du 26 septembre 1991, sont des sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel qui permettent aux investisseurs de bénéficier de plusieurs avantages fiscaux – défiscalisation très intéressante.

   Néanmoins, pour bénéficier d’une déduction fiscale, les assujettis doivent respecter – obligatoirement – ces règles :

  – La société bénéficiaire doit être agréée par le ministère de la Culture.

  – Le capital de la société choisie doit aussi être agréé par le ministère du Budget.

  – L’investissement dans une société de coproduction de films doit nécessairement concerner une collecte de fonds privés.

   Il s’agit d’un placement très attractif, mais risqué, selon l’échec ou le succès commercial du film ou de la série produit par la SOFICA. Sans les avantages fiscaux – réduction d’impôt, déduction fiscale, etc. – proposés par la loi du 26 septembre 1991, le principe de la société de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel ne permettrait de récupérer que 75 % uniquement de la mise de départ.

   La SOFICA A Plus Image 7, accessible dès 2500 euros, vous permet de bénéficier de l’attractive fiscalité des sociétés de coproduction de films tout en profitant de l’expertise de gestion d’A Plus Finance. La SOFICA A Plus Image 7 est membre de l’ARS – Association de Représentation des SOFICA. A Plus Finance, acteur majeur de cet environnement depuis plus de quarante ans, assure une mission de conseils et d’assistance comptable, administrative et juridique pour les SOFICA A Plus Image 7.

    Quels sont les avantages fiscaux d’une société de coproduction de films ?

  La loi du 26 septembre 1991 offre plusieurs avantages fiscaux – déduction fiscale, réduction d’impôt, etc. – aux investisseurs de ces sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel. Ces réductions concernent principalement les investisseurs – particuliers ou professionnels – faisant une souscription au capital initial ou aux augmentations de capital, d’ici le 5 février 2020.

  L’investissement dans une société de coproduction de films offre une minoration d’impôt de 69 % des sommes investies. Cette réduction est toutefois concernée par la double limite du plafonnement des niches fiscales de 25 millions d’euros par foyer et par an et de 36 % du revenu net global.

   Astuce Malynx : avantage supplémentaire, si 26 % au moins des financements espérés par la société de coproductions de films sont réalisés, alors la minoration d’impôt s’élève plutôt à 49 % de la somme investie.

  Pour bénéficier des déductions fiscales, il faut : déclarer son financement dans une société de coproduction de films dans la déclaration complémentaire de revenus, conserver ses parts durant sept ans au moins et respecter le délai de blocage de dix ans pour les sociétés à garantie partielle et finalement, faire un placement de 7 000 euros.

Read More

Posted by on Juin 20, 2019 in Entreprises |

L’investissement dans le cinéma

L’investissement dans le cinéma

Vous voulez investir dans le cinéma pour réduire le montant de vos impôts et soutenir le 7e art ? Les sociétés pour le financement du cinéma et de l’audiovisuel semblent faites pour vous.
En investissant dans une SOFICA vous contribuez au financement de l’audiovisuel et du cinéma européen, notamment français, tout en réduisant votre IR. Défiscalisation, retour sur investissement, rendement… voici tout ce qu’il faut savoir du mécanisme SOFICA 2019.

Investir dans le cinéma et payer moins d’impôt !

Le CNC – Centre national du cinéma et de l’image animée – publie, chaque année depuis 1990, en mars la liste des sociétés de financement de l’industrie audiovisuelle et cinématographique : ce sont les fameuses SOFICA. Celles-ci sont appelées à financer notamment le cinéma indépendant.
Mais vous devez faire attention parce que cette liste est très courte : seules quinze SOFICA sont proposées à la commercialisation pour une enveloppe limitées de 80 000 euros. Divers banques en commercialisent directement. C’est le cas de : sofitvcine 5 pour le Crédit Agricole ; soficinema 14 pour BNP Paribas ; la Banque Postale Image 11 pour la banque éponyme ; Cofinova 14 au CIC et au Crédit Mutuel ; Cofimage 38 aux Banques Populaires et aux Caisses d’Épargne.
D’autres sont disponibles auprès d’intermédiaires – mettent en contact une personne avec une SOFICA – comme des guides en investissement financier à l’instar d’Union financière de France : Palatine Etoile, Indefilm 6 Manon 7, Cineventure 3, Cinemage 12 et enfin A Plus Image 7…
Le Centre national du cinéma et de l’image animée vient d’attribuer une enveloppe de 10 000 euros à la SOFICA A Plus Image 7. Celle-ci est fondée par la société A Plus Finance.
Cette SOFICA envisage de classer ses investissements selon les règles suivantes :
– 42 % maximum en œuvres audiovisuelles,
– 58 % minimum en œuvres cinématographiques.

Défiscalisation avec les SOFICA

Tout contribuable investissant en numéraire au capital des SOFICA bénéficie d’une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 69 % – avec certains investissements.
– Si l’entreprise s’engage à investir 14 % au moins de ses fonds au développement de programmes TV (documentaires, dessins animés, séries…), le taux passe à 72 %.
– Un taux majoré de 53 % est applicable si la SOFICA choisie s’engage à placer 16 % au moins de ses fonds dans des entreprises de production.
– Avec un investissement classique, les contribuables bénéficient d’une minoration d’impôt de 36 % de leurs investissements. Soit une réduction minimale de 7 900 euros.
La majorité des SOFICA imposent généralement un investissement minimum de 7 000 euros. A Plus Finance Cinéma présente toute l’actualité économique et financière du cinéma français et européen. Vous pouvez également trouver la liste des SOFICA agréées en 2018.

Read More

Posted by on Juin 18, 2019 in Entreprises |

Comment investir efficacement des petites sommes ?

Comment investir efficacement des petites sommes ?

Investir dans différents placements est accessible à la majorité des bourses, contrairement à ce que peuvent penser les français.
En effet, selon le directeur général de la société de gestion A Plus Finance, Fabrice Imbault, un épargnant peut investir en bourse à partir de 100 euros par trimestre ou par mois. Il est important de mentionner que plus la somme investie par l’investisseur est faible plus le rendement est faible.
Par conséquent, pour investir et s’enrichir ce n’est pas l’argent qui manque, mais la conviction et l’encadrement par des professionnels.
Afin de vous permettre d’avoir tous les détails sur les placements pour les petits épargnants, nous vous apportons les conseils en or du directeur d’investissement au sein de la société de gestion A Plus Finance.

Une stratégie de placement ?

Chaque investisseur doit développer une stratégie d’investissement efficace afin de fructifier au mieux son investissement. Pour constituer une épargne, un futur investisseur peut économiser 50 euros chaque mois, afin de placer chaque deux 2 mois, 100 euros, soit dans des actions, soit dans des fonds communs de placement. Il est important de faire le bon choix des actions ou titres acquis, tout en prenant un minimum de risques.

Quels sont les placements à éviter pour les petits épargnants ?

Il est important que l’investisseur s’informe sur les affaires dites l’affaire du siècle ou qui lui promet une rentabilité de 100 %. En effet, lorsque le taux de rendement dépasse les 15 % par an, il vaut mieux se méfier.
Après avoir encaissé vos bénéfices, il est prudent que l’investisseur les place dans des supports qui sont moins volatiles, tels que l’assurance-vie qui permet un rendement de 3 %.
Toutefois, il peut aussi les réinvestir afin de garantir un revenu régulier voir même remplacer une partie significative de votre salaire actuel.
Il n’est pas intéressant de s’arrêter en mi-chemin de se contenter des bénéfices récoltés des premiers investissements. Selon l’avis des experts, il faudra que l’investisseur réinvestit les premiers profits réalisés soit dans les mêmes supports de placement soit dans d’autres placements, afin de diversifier ses placements, en misant soit dans l’immobilier, soit dans la bourse… etc.
Plus les bénéfices sont investis plus le revenu régulier s’accroît plus le processus d’enrichissement s’amplifie. Le plus dur et le plus important, c’est de bien démarrer son placement.

Read More

Posted by on Juin 12, 2019 in Entreprises |

Comment investir dans une PME et bénéficier de sa croissance ?

Comment investir dans une PME et bénéficier de sa croissance ?

Pour investir avec succès dans une PME, l’investisseur, qu’il soit particulier ou institutionnel, doit exiger un vrai projet de croissance. Donc plusieurs paramètres sont à prendre en compte.
Afin d’encourager l’investissement en fonds propres dans les petites et moyennes entreprises, les investisseurs peuvent recourir à une incitation fiscale (mesure fiscale sous forme de crédit d’impôt ou d’aides) en matière d’impôt sur le revenu (IR).
Les règles diffèrent selon que les investissements sont directs (on donne l’exemple des business angels), ou indirects, autrement dit via des FIP ou des FCPI.

Investissements directs

Les personnes physiques représentent 25 % des levées du “Private Equity” en France en 2018. Selon les données de France Invest, association professionnelle du capital investissement, elles en sont le deuxième souscripteur pour 2018.
En investissant directement dans les PME ou les start-ups, celles-ci peuvent bénéficier d’incitations fiscales. C’est le cas, par exemple, des business angels (investisseurs qui décident de soutenir financièrement une société), qui accompagnent et financent les sociétés innovantes dans leur phase de démarrage. Selon l’association France Angels, dans son bilan 2018, le volume global des interventions de ceux-ci se situe autour de 95 milliards d’euros. Pour leurs souscriptions en direct, les “business angels” ou “investisseurs providentiels” peuvent bénéficier d’une réduction d’IR égale à 23 % des investissements réalisés.

Investissements indirects

Les FCPI et FIP sont des fonds fiscaux dont l’actif doit être (obligatoirement) composé à hauteur de 92 % dans des PME, dont 23 % au moins régionales, pour les Fonds d’Investissement de Proximité (FIP) et à hauteur de 93 % par des titres de petites et moyennes entreprises innovantes pour les Fonds Communs de Placement dans l’Innovation (FCPI).
Pours leurs souscriptions de parts de ces fonds, les investisseurs, qu’ils soient professionnels ou particuliers, peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu égale à 28 % des versements tenus et effectués dans la limite annuelle de 28 000 euros pour un couple pacsé ou marié et de 14 000 euros pour une personne célibataire.
Ainsi, l’économie d’impôt minimale est de 5 500 euros dans le second cas et 7 500 euros dans le premier cas.
Selon l’étude publiée en janvier 2019 par l’Association française de la gestion financière (AFG) et France Invest, les FCPI et les FIP ont atteint, en 2018, 2. 5 milliards d’euros. Une progression de 36 % par rapport à 2017.

A Plus Finance donne à tous (professionnels et particuliers) la possibilité d’investir dans des PME et des start-ups jusque-là réservées à certains privilégiés. Depuis 2005, cette société de gestion de portefeuille permet à chacun d’investir directement dans des entreprises sélectionnées pour leur potentiel de croissance, et ce, à partir de 300 euros. Les investisseurs institutionnels et particuliers peuvent ainsi diversifier leurs portefeuilles en investissant dans des PME françaises et sociétés matures. A Plus Finance peut aussi vous aider à trouver des financements b

Read More

Posted by on Juin 4, 2019 in Entreprises |

Investissement : pourquoi investir dans une entreprise ?

Investissement : pourquoi investir dans une entreprise ?

De plus en plus d’investisseurs font le choix d’investir leur épargne dans des entreprises de type PME. Toutefois, ce type d’investissement est encore méconnu par les épargnants français. Grâce à l’intervention du directeur général et co-fondateur de la société de gestion A Plus Finance, vous saurez tout sur le placement dans les capitaux des PME.

Qu’est-ce qu’une société PME ?

Les sociétés françaises se divisent en quatre catégories, les GE ou aussi appelés grandes entreprises, les ETI ou entreprises de taille Intermédiaire, les TPE ou micro entreprises et enfin les PME ou petites et moyennes entreprises.
Pour qu’une entreprise fait partie des PME, elle doit être obligatoirement constituée de moins de 250 salariés, ainsi qu’un chiffre d’affaires annuel inférieur à 50 millions d’euros. En effet, si l’une des deux conditions n’est pas respectée, la société est alors classée comme étant une ETI.
Selon la société de gestion indépendante A Plus Finance, les PME et TPE forment plus de 99 % des sociétés françaises. En effet, ces deux types d’entreprise constituent un élément capital pour la croissance économique ainsi que pour l’emploi en France. Les petites et moyennes entreprises participent amplement au développement et au dynamisme économique. C’est pour cette raison ces dernières années, les PME ont fait l’objet d’un grand nombre de plans mis en place par l’État afin de renforcer le secteur, notamment le plan PME de 2007 et le plan PME 2008.
Au sein du plan PME de 2007, l’État a visé la simplification des différentes formalités administratives des petites et moyennes entreprises. En outre, le plan PME 2008, a permis d’apporter une aide financière aux différentes entreprises, grâce à l’apport de prêt participatif, afin de soutenir le secteur. En 2009, prés de 4 milliards d’euros ont été investis sous ce type de format permettant aux petites et moyennes entreprises de survivre et de surmonter la crise économique.

Le gouvernement encourage les investisseurs à soutenir les PME

Aujourd’hui le gouvernement continue à prendre des mesures afin de soutenir encore plus les petites et moyennes entreprises, mais en se focalisant surtout sur les placements. En effet, l’objectif de l’État est d’orienter l’épargne des français directement dans l’économie réelle, en investissant dans les PME.
Selon les dernières réformes apportées par le gouvernement, tout investisseur dans une PME peut profiter d’une réduction sur l’impôt sur le revenue de 18 % du montant investi.
En outre, investir dans une petite ou moyenne entreprise peut aussi être un placement pour faire fructifier son investissement. Surtout avec la diminution des rendements des produits d’épargne préférés des français comme l’assurance-vie, Livret A et le compte épargne logement.

Read More

Posted by on Juin 1, 2019 in Entreprises |

Épargne : comment diversifier son patrimoine !

Épargne : comment diversifier son patrimoine !

Diversifier son patrimoine grâce aux SCPI

Une SCPI est un investissement immobilier sans contrainte de gestion. On distingue les SCPI fiscales et les SCPI de rendements.
Choisir l’investissement en SCPI (société civile de placement immobilier) permet de mutualiser et diversifier son patrimoine comme jamais. En effet, l’épargnant (ou l’investisseur) perçoit une fraction de l’intégralité des loyers au prorata de son investissement. Autrement dit, il se retrouve propriétaire de la totalité du patrimoine qui compose le capital de la SCPI.
Pour diversifier davantage son placement en SCPI, l’épargnant pourra fractionner le montant de son investissement sur différentes SCPI gérées par différentes sociétés de gestion. Cette stratégie d’investissement peut se montrer porteuse de bénéfices vu qu’il est possible de choisir les SCPI dans lesquelles investir en fonction de leur stratégie d’acquisition et également de varier la nature des sociétés (fiscales, rendement…).

SCPI : l’un des meilleurs placements à long terme, surtout pour les petits contribuables

À l’heure actuelle, tout placement explique son rendement par son risque relatif. Toutefois, il apparaît que des placements financiers sont +/- sûr que d’autres. Par exemple, un placement en SCPI n’aura pas les mêmes résultats et les mêmes risques qu’un investissement dans l’immobilier à titre personnel. Le placement en SCPI se caractérise par un risque dit faible.
Les sociétés de gestion (Fiducial Gérance, Paref Gestion, A Plus Finance, Corum AM, Ciloger, Foncia Pierre Gestion….) à qui il revient la gestion, la valorisation et l’acquisition d’un parc immobilier investissent dans de multiples régions, à savoir sur une échelle européenne voire internationale pour certaines.
Opter la diversité des locataires est une évidence pour les sociétés civiles de placement immobilier : ces dernières comptent sur de grosses enseignes, aux entités multiples et intervenant dans des secteurs très variés. Bien que méconnu, le placement en SPI s’avère fiable et promet de très belles perspectives d’avenir. C’est un placement sûr.
L’investissement dans l’immobilier est un créneau large au cœur des stratégies de gestion des investisseurs. Il offre une richesse de positionnement. On peut dire que l’investissement dans la pierre est considéré comme étant le plus sûr !
A Plus Finance, une société de gestion indépendante, propose à ses investisseurs des solutions très originales et innovantes. Son savoir-faire repose sur l’expertise de ses équipes. Elle vient de lancer un OPCI bénéficiant du régime LMNP pour les particuliers. Ainsi, ils pourront bénéficier du régime de l’amortissement des revenus locatifs. Au 15 janvier 2019, les actifs conseillés ou gérés s’élevaient à 920 000 millions d’euros, dont 75 % pour le compte d’institutionnels.

Read More